Non classé

Cirque Rustelli Confetti

ERSGE_027
Prochains spectacles: vendredi 31 janvier 2020 à 19h et 1 février 2020 à 14h00!

Depuis près de deux siècles, ce mot magique fait naître dans l’esprit de celui qui l’entend des images d’étoiles, d’émotions et de rires. C’est l’exploit de l’acrobate, l’adresse du jongleur, la grâce du trapéziste. C’est l’agilité du monocycle, la force du voltigeur et surtout le rire du clown.

Ce monde-là, notre école le met à portée de ses élèves, dès l’âge de 5 ans. En effet, du plus petit au plus grand, chacune et chacun peut s’initier à l’un des arts que propose le cirque. Qu’il s’agisse de voltiger sur un trapèze, de jongler avec des balles, des cerceaux, des massues, de marcher en équilibre sur une énorme boule ou un fil de fer, de faire chanter des diabolos, chaque enfant a la possibilité de s’initier, de découvrir et de pratiquer toutes les disciplines proposées. Rustelli Confetti suit ainsi l’exemple d’autres écoles Rudolf Steiner, notamment en Allemagne, où les arts du cirque ont leur place dans le plan scolaire.

Spectacles
Chaque année, Rustelli Confetti crée un spectacle avec les élèves des classes 1 à 10. Durant deux représentations, et face à un public enchanté, les enfants ont l’occasion de montrer le travail effectué durant l’année en cours. Les plus grands élèves montrent leur travail lors du week-end de la fête de Printemps.

Le cirque se produit également en-dehors de l’école à la kermesse de Meyrin chaque année depuis 12 ans, et occasionnellement lors du Noël des enfants des employés de l’OMPI (Organisation mondiale de la propriété intellectuelle), à la Fondation Butini, à des mariages, etc. N’hésitez pas à contacter Rustelli Confetti si vous désirez animer un évènement: rustelli.confetti@gmail.com

Festival
Nous participons depuis 2002 au « Festival suisse de cirque de jeunes et rencontre de jeunes artistes » qui a lieu tous les 2 ans.

Nos équipes ont chaque fois remporté un prix:

  • 2002 prix « coup de cœur du jury « 
  • 2004 premier prix au carousel avec trois tissus aériens
  • 2006 troisième prix au triple trapèze
  • 2008 premier prix au carousel avec trois tissus trapèzes
  • 2010 deuxième prix au triple trapèze
  • 2012 premier  prix au mât chinois
  • 2014  premier prix au  mât chinois

Moniteurs
Les élèves sont encadrés par des moniteurs professionnels:

  • Aurelius Lorenzi, (mât chinois, fil d’équilibre),
  • Isabelle Schuster, (ancienne élève, aériens, jonglerie, mise en scène),
  • Thibaut Lezervant (acrobatie, jonglerie, mise en scène),
  • Lucie Lepoivre (ancienne élève de l’Ecole de cirque de Lausanne, du cirque de l’école et professionnelle d’aériens),
  • Camille Denkinger, (ancienne élève de « Une fois un cirque » de Confignon, acrobatie, aériens),

par d’anciens élèves de l’école:

  • Mathieu Fernandez, actuellement élève de l’école de théâtre Serge Martin, (jeu d’acteur, jonglerie, diabolo, mise en scène)

par des élèves actuels:

  • Nicolas Fernandez, classe 13, (mât chinois, jonglerie, jeu d’acteur)
  • Sophie Caravellas, classe 12, (aériens, fil d’équilibre)
  • Nils Hayoz, classe 11, (mât chinois, jonglerie, monocycle)
  • Anysia Jucker, classe 11, (aériens, fil d’équilibre, acrobatie, monocycle)
  • Jean-Baptiste Thevenod, classe 11, (acrobatie, mini trampoline, fil d’équilibre)
  • Gabriel Fenwick, classe 10, (jeu d’acteur, fil d’équilibre, jonglerie)
  • Lou Lazzarotto, classe 10, (aériens, fil d’équilibre)
Non classé

FAQ

Qui est Rudolf Steiner ?

Rudolf Steiner est né en 1861 dans l’actuelle Croatie. Après des études techniques à Vienne, il est appelé aux archives de Goethe à Weimar. Le contact avec les œuvres scientifiques de Goethe l’aide à approfondir de nombreux domaines, comme l’économie, la médecine, l’art, la philosophie, l’architecture, l’agriculture, la pédagogie, etc. Il est le fondateur de l’anthroposophie, connaissance qui mène l’homme vers la sagesse, ou simplement, vers plus d’humanité.

Dans le chaos économique et social qui a suivi la première guerre mondiale, la grande préoccupation de Rudolf Steiner était de trouver des solutions aux problèmes les plus urgents de l’époque et du futur. Sa pédagogie vise le développement de l’enfant dans toutes ses facettes, en se fondant sur une connaissance approfondie de la Nature humaine. Rudolf Steiner est mort en 1925 en Suisse. Il laisse une œuvre importante (environ 30 livres, 8 volumes d’articles et d’essais, 5000 conférences).

Qu’est-ce que l’anthroposophie ?

C’est une science qui considère l’homme dans sa triple dimension : corps, âme, esprit, inséré dans l’univers. A une époque où la science considérait de plus en plus l’homme comme exclusivement “être physique”, Rudolf Steiner crée l’anthroposophie afin de restituer cette image globale  de l’homme. L’approfondissement de la nature de l’être humain et de tout ce qui l’entoure tend à l’amener vers plus d’humanité. Ce concept constitue la base de la pédagogie des écoles Rudolf Steiner.

Notre école

Notre école est l’une des 28 écoles Rudolf Steiner en Suisse parmi plus de 1150 établissements dans le monde, répartis sur les cinq continents. Elle compte environ 350 élèves.

Après le jardin d’enfants, débute un cycle de 6 années (3P à 8P) durant lesquelles le maître de classe assure les enseignements principaux. Il est assisté par les maîtres de branche (travaux manuels, langues, sport, musique, eurythmie,…).

Les élèves entrent ensuite dans les classes secondaires, qui comprennent elles aussi, en plus de l’enseignement académique, des enseignements artistiques et manuels. Une large place est faite à l’enseignement des langues et aux stages, comme par exemple celui d’observation du milieu professionnel, les stages linguistiques à l’étranger ou les stages artistiques. La fin de la scolarité est marquée par la réalisation d’un travail individuel, similaire à un travail de projet de maturité, nommé par coutume « le chef d’oeuvre ».

Les élèves qui le souhaitent peuvent se présenter, en tant que “candidat scolaire”, au baccalauréat français afin d’accéder aux études supérieures.

Par ailleurs, notre école se veut être représentative de la « multiculturalité » de la région genevoise; elle respecte et accueille, comme toute école Steiner, des élèves de toutes nationalités et cultures. Elle fait également effort et met en œuvre une solidarité au sein de la parenté pour se rendre accessible aux diverses réalités budgétaires familiales.

Quelle est la spécificité de cette pédagogie ?

Elle est basée sur une connaissance approfondie et tripartite de la nature de l’enfant. Elle a pour objectif d’aider les enfants à devenir des adultes capables d’exprimer une pensée autonome, à même de trouver ou de créer leur place dans la société de demain, ouverts et conscients des conséquences sociales et environnementales de leurs actes. Ainsi, en complément des matières académiques, l’enseignement accorde une importance égale aux activités intellectuelles, manuelles, artistiques et de mouvement. Ceci favorise un développement physico-psychique sain et l’émergence d’une pensée créative.

  • Le respect des rythmes de l’enfant
  • L’enseignement par périodes
  • L’intégration sociale
  • L’ouverture sur le monde
  • Grande diversité des ateliers: travaux manuels, bois, jardinage, tissage, forge…
  • Nombreux projets par classe: stage à la ferme, construction, pièces de théâtre, stage forestier, stage social (UNESCO), stages linguistiques de 8 à 12 semaines.
  • Présence de la musique au quotidien et lors de fêtes et manifestations: chant, flûte, orchestre à partir de la 4ème classe (6P Harmos).
  • Evaluation présente, mais individuelle et non notée dans les plus petites classes.
  • Collaboration étroite entre parents, élèves et enseignants.

Enseignez-vous les matières traditionnelles ?

Oui, toutes les matières enseignées dans le parcours scolaire traditionnel sont dispensées par notre école. Vous trouverez plus de détails dans les pages Cursus.

Quel est votre plan scolaire ?

Il existe un plan scolaire pour ainsi dire commun à toutes les écoles Steiner du monde, avec des adaptations locales. Ce plan est principalement construit selon les impératifs de la nature humaine et non d’un calendrier extérieur “à suivre”. Vous trouverez certains détails dans les pages Cursus.

Qu’est-ce l’eurythmie ?

L’eurythmie est une expression artistique et pédagogique qui se rapproche de la danse et dans laquelle la musique et les paroles sont exprimées par les mouvements du corps. On l’appelle souvent aussi « parole visible », « chant visible » ou « gymnastique de l’âme ».

Est-ce que chaque élève doit apprendre un instrument de musique ?

Oui, au plus tard à partir de la 4° classe (6eme Harmos) : tous les élèves apprennent à jouer la flûte à bec en DO et en FA. De plus, les élèves sont invités à pratiquer un instrument à l’extérieur de l’école. Pour certains instruments des professionnels proposent des cours dans l’enceinte de l’école.

Comment les élèves sont-ils notés ?

L’évaluation de l’élève que nous pratiquons témoigne de son parcours et de l’atteinte des objectifs fixés. C’est une évaluation qui attache une importance égale aux domaines artistiques, manuels, et intellectuels.

L’école préfère cette logique à celle d’un système exclusif de notes, considéré comme une évaluation restrictive et figée, qui privilégie en général les domaines intellectuels.
Dans les classes secondaires, à partir de la 9e (11P)  et pour des questions de relation avec l’ensemble du système scolaire, les élèves reçoivent un bulletin trimestriel noté et commenté. Les notes tiennent alors compte des acquis mais aussi du comportement de l’élève et du sérieux dont il fait preuve face au travail demandé.

Dans quelle classe va être mon enfant?

Pour entrer dans la 1ère classe de 2020/21 votre enfant doit être né entre le 1 aout 2013 et le 31 juillet 2014. Pour la 1ère classe de 2021/22 entre le 1 aout 2014 et le 31 juillet 2015.

CORRESPONDANCES DES SYSTÈMES D’ENSEIGNEMENT

ECOLE
STEINER
SUISSE FRANCE
Jardin d’enfants 1 P École maternelle
Jardin d’enfants 2 P École maternelle
1° classe 3 P École préparatoire
2° classe 4 P CE 1
(cours élémentaire)
3° classe 5 P CE 2
4° classe 6 P CM 1 (cours moyen)
5° classe 7 P CM 2
6° classe 8 P Collège
7° classe
Secondaire I
9
Cycle d’orientation
8° classe 10
9° classe 11
10° classe
Secondaire II
Collège (Gymnase)
/ ECG
2nde Lycée / Lycée pro
11° classe 1ère
12° classe 3° diplôme ECG Terminale ;
Baccalauréat
13° classe
(Baccalauréat)
4° Maturité /
Maturité Pro
UNI
UNI – HES UNI – HES UNI – HES

Pourquoi n’y a-t-il pas de redoublement ?

L’expérience montre que le redoublement est rarement la solution. Dans les écoles Rudolf Steiner, on préfère identifier les besoins spécifiques de chacun, les traiter au cas par cas et sur une période beaucoup plus longue qu’une seule année.

Outre cela, il s’avère en général d’une part traumatisant et humiliant pour un élève d’être séparé de son tissu social, de sa tranche d’âge, et d’autre part problématique de se retrouver dans une situation où l’enseignement n’est plus en adéquation avec son développement intérieur.

L’enseignant accompagne-t-il sa classe de la 1ère jusqu’à la 6ème (3P à 8P)?

Dans la mesure du possible, il est souhaité que le même enseignant accompagne sa classe de la 1ère à la 6ème classe. Ceci doit permettre de favoriser :

– le lien enseignant / élève et enseignant / parents
– l’unité de la classe
– la continuité du parcours pédagogique

Vos élèves ne sont-ils pas surprotégés ? Comment s’intègrent-ils après ?

Avec un recul de plus de 40 ans, nous pouvons affirmer qu’en quittant l’école nos élèves s’intègrent en général avec facilité dans un autre établissement scolaire (parfois pour certain après un temps d’adaptation). Ils réussissent leur maturité, bac international, bac français, fin d’apprentissage, etc.

Une institution indépendante, s’occupant de la recherche dans les questions de formation, sous la direction de W. Goetze et B. Fink, a réalisé en 1999 une étude auprès de 1586 anciens élèves des écoles Rudolf Steiner de Suisse. L’âge moyen était de 23 ans. Le résultat de cette étude montre que la majorité de ces anciens élèves se sentaient préparés aussi bien pour le choix de leur profession que pour la réussite de leurs projets futurs.
A la question, “quelles capacités ont le plus été développées à l’école ?”, les élèves ont répondu par ordre d’importance : l’autonomie, la créativité, la capacité de travailler en équipe et la pensée synthétique.

Les orientations professionnelles des anciens élèves se portent sur tous les domaines, aussi bien dans le domaine social, artisanal, universitaire qu’artistique.

Y a-t-il des activités parascolaires ?

Oui. En dehors des horaires scolaires :

-Garderie et accueil pour les après-midi
-Etudes surveillées
-Cours de soutien
-Leçons privées pour l’apprentissage d’un instrument de musique
-Cours de cirque (Contact : rustelli.confetti@gmail.com ou secrétariat de l’école)

Et une matinée par semaine : accueil “Premiers pas” pour « Parents enfants 0-2 ans » (Contact au secrétariat de l’école)

Votre école, est-elle une école confessionnelle ?

Non, c’est une école non confessionnelle. Les enfants de toutes religions y sont accueillis.

Combien d’élèves sont dans votre école ?

L’école accueille environ 350 élèves.

A partir de quel âge et jusqu’à quel âge les enfants sont-ils admis?

Nous accueillons les enfants à partir de 2 ans dans nos jardins d’enfants.

Suit la 1° classe (3P; 6 à 7 ans) jusqu’à la 13° classe (~18 ans).

Comment s’intègre votre école dans le canton de Genève ?

Elle est membre de l’AGEP (Association genevoise des écoles privées).

Le passage au collège, à la fin de la 9ème classe (11P), s’effectue sans examen  pour les élèves qui ont le niveau exigé par le post-obligatoire genevois (Le DIP a délégué à l’école la responsabilité de valider si le niveau est suffisant).

Notre école participe depuis 1997 à la Fête de la Musique. Depuis 2003 cette participation s’effectue sous l’égide de l’Association des amis et parrains de l’école. L’école a également tenu un stand au 5ème Festival Alternatiba. C’est dans ce cadre qu’elle a tenu une conférence: “Une approche par le vécu – la pédagogie Steiner aujourd’hui”.

Elle a en outre été invitée à plusieurs reprises à des manifestations en faveur de la paix, ainsi que par l’ONU.

L’Ecole Steiner de Genève appartient au Réseau suisse des Ecoles Associées de l’UNESCO, réseau qui compte environ 70 écoles en Suisse. Chaque année, l’école s’engage dans des projets visant à soutenir les objectifs de l’UNESCO.

Y a-t-il d’autres écoles Rudolf Steiner en Suisse ?

Oui, il y a 28 écoles en Suisse. Elles sont liées entre elles par la Communauté de Travail des écoles Rudolf Steiner de Suisse.

Y a-t-il une cantine ?

Oui, elle est tenue par un cuisinier diplômé et son équipe, aidés par un tournus de parents. La nourriture proposée est biologique, préparée avec des légumes frais et prend en compte les régimes spéciaux ou le choix de plats végétariens.

Y a-t-il une garderie ? Un accueil parascolaire ?

Oui, une garderie destinée aux enfants de 4 à 7 ans

Jours/horaires : lu-ma-jeu-ve de 12h à 15h30 (avec repas à la cantine)

Oui, un accueil destiné aux enfants de 7 à 11 ans

Jours/horaires : lu-ma-jeu-ve de 12h à 18h (avec repas à la cantine)

Quelles sont les dates de vacances ?

Sensiblement les mêmes qu’à l’école publique.

 voir AGENDA

Combien coûte votre école ?

Cette école ne reçoit aucune subvention, que ce soit de l’Etat, du canton ou des communes. Elle est donc essentiellement financée par les écolages, ainsi que par des dons. Elle cherche à être accessible à toutes les familles qui, en conscience, ont choisi sa pédagogie pour leurs enfants. Pour cette raison elle pratique, dans la limite des possibilités de la solidarité entre les familles, des réductions d’écolage pour des parents qui n’ont pas les moyens de couvrir l’intégralité des coûts de leur(s) enfant(s). En outre, l’école organise régulièrement des manifestations pour soutenir un fond de solidarité en faveur des parents.

Qui dirige l’école ?

La responsabilité de la gestion et des ressources économiques repose sur «l’Association en faveur de l’école Rudolf Steiner de Genève», composée de parents, d’enseignants et d’amis de l’école.

La responsabilité est déléguée chaque année au «Comité», élu par l’Assemblée Générale.
La responsabilité pédagogique est portée par le «Collège des maîtres», constitué d’enseignants ayant reçu une formation spécifique à la pédagogie Steiner.
Certaines décisions, telles que l’admission d’un élève, requièrent l’accord de ces deux instances.

Un bureau de direction, composé d’un membre délégué par le comité et de deux enseignants, a entre autres, pour objectif une transparence dans les décisions concernant l’école, la gestion d’urgences de toute nature ainsi que le dialogue avec les instances extérieures.

Quelle est la formation des enseignants ?

L’enseignement Steiner-Waldorf requiert une formation de base spécifique à la pédagogie. Cette formation permet d’exercer soit en qualité de jardinière d’enfants (jusqu’à l’âge de 6 ans), soit d’assurer la maîtrise d’une classe du cycle primaire.
L’enseignement des matières spécialisées peut être dispensé à partir d’une formation conventionnelle, qui devra alors être complétée par une formation/approche spécifique à notre pédagogie. (–> fpas, –> didascali, –> afap)

Quel est le rôle des parents ?

Les parents s’impliquent à plusieurs niveaux dans la vie de l’école :

-Soirées de parents
-Association en Faveur de l’Ecole Rudolf Steiner de Genève » (voir aussi « qui dirige l’école ? »)
-Marché de Noël
-Librairie, activités culturelles et artistiques, etc.
-Aide à la cantine
-Aide au ménage et à l’entretien.

Les parents disposent de leur propre lieu de rencontre et organisent un programme culturel. Ils sont constitués en un groupe, les «délégués des parents», qui collabore activement à la vie de l’école.

Avez-vous un système qualité ?

Oui, depuis 1999 l’école a installé un système de management de la qualité, nommé «Chemins vers la Qualité». Celui-ci est reconnu au niveau suisse et appliqué dans de nombreuses institutions de ce pays.

Il s’agit d’un système qualité particulièrement adapté aux institutions de type social au sens large, dans lesquelles les individus sont placés au centre (contrairement aux systèmes «ISO», initialement prévu pour l’industrie).

Depuis 2006 notre école a reçu le  » certificat de qualité  » de la société d’audit « Confidentia », société reconnue sur le plan européen. Depuis des audits de certification ont lieu tous les 3 ans (dernière mars 2019) et des audits intermédiaires tous les ans.

L’école propose-t-elle des objets à la vente ?

Oui, les parents animent une activité de “librairie”, où l’on peut acheter aussi bien des livres pour enfants, que des ouvrages de référence sur la pédagogie ou de petits cadeaux (par exemple des jouets en matières nobles pour les enfants).

Fête du printemps

samedi 18 mai, de 12h30 à 17h00, notre école fêtera le printemps. Rejoignez-nous pour cet après-midi de fête. Vous y trouverez des ateliers pour enfants, des animations, une belle restauration ainsi que divers stands (plantons bio, fromages, artisanat, jeux en bois, papeterie, livres, brocante, etc). Le programme de la fête en PDF.

Continue reading

Des vertus du tir à l’arc pour préparer le BAC

Le tir à l’arc est proposé dans notre école en 8ème classe pour des élèves de 14 ans, mais aussi en 13ème lorsque les étudiants entament à l’âge de 18/19ans un parcours intensif d’une année, dévolue à obtenir leur examen du BAC ; c’est l’aspect focalisation et concentration sur un but qui a motivé le corps enseignant à introduire cette activité au cours de cette année qui sollicite toutes les forces des étudiants dans ce cursus particulier pré-examen.

Cette période de tir pour les plus grands est une transformation de ce qui a été acquis en 8ème; elle a pour but de les aider à mobiliser leurs forces pour développer toutes les aptitudes à atteindre un but, avec calme et concentration: c’est l’essence même de cette pratique qui se conjugue avec ce que les autres enseignants tentent de leur apporter tout au long cette année cruciale de leur scolarité.

Le module proposé en fin d’année avant l’examen se décline en deux parties : tir intuitif puis kyudo.

Continue reading

Non classé

Temps forts

 

fête trimestrielle / pièces de théâtre / Saint-Martin
spirale de l’avent / poésiechefs-d’œuvre / soirée folklorique
Saint-Jean / marché de noël / fête de printemps

Tout au long de l’année, différentes fêtes et manifestations, parfois ouvertes au public, sont organisées dans notre école, soit par les professeurs, soit par les parents.
Certaines de ces manifestations, comme les pièces de théâtre et le chef-d’œuvre, sont à but pédagogique. D’autres, comme le Marché de Noël et la fête de Printemps, sont proposées par les parents et placées sous leur responsabilité. L’argent récolté lors de ces journées est intégralement attribué au fonctionnement de l’école ou aux caisses de classes pour réaliser un projet pédagogique.

TEMPS FORTS PEDAGOGIQUES 

Fête trimestrielle

Octobre et mai
Cette fête est avant tout une rencontre de toute l’école dans la grande salle: le jeudi pour les élèves uniquement, le samedi avec les parents. Lorsque le rideau s’ouvre, les élèves présentent le fruit de leur travail qui est un reflet de ce qui a été vécu en classe. Pourquoi montrer son travail sur scène? Plutôt qu’un aboutissement, le travail présenté est un chemin vers l’autonomie. On pourrait comparer ce processus à celui de la graine que l’on met en terre. Plus le terreau est riche, plus le milieu environnant est chaud, plus la graine va se développer harmonieusement et deviendra une plante solide et belle. Regardons les plus jeunes évoluer sur scène avec plaisir et enthousiasme, et les plus grands réciter un poème ou raconter leurs diverses expériences vécues. Toute prestation est accueillie avec bienveillance par la communauté de l’école qui est curieuse de découvrir les changements, les progrès, les nouveautés, qui sont intervenus dans le vécu de chaque enfant et adolescent à l’école.

Pièces de théâtre

Septembre (12e) et mars (8e)
ERSGE_097
En 8e classe, notre plan scolaire prévoit que les élèves abordent la dramaturgie d’une part, la biographie d’autre part. S’ouvrir à d’autres vies, d’autres personnages, jusqu’à les incarner ; percevoir les transformations par lesquelles passe un être humain ; saisir les qualités et les travers de chacun… Tout cela à travers une pièce de théâtre, une oeuvre d’auteur proposée par leur tuteur ou tutrice. Ce moment de l’enseignement auquel sont consacrées plusieurs semaines est une synthèse d’un travail pluridisciplinaire: littérature, musique, décors, costumes, mené à bien sous la houlette des professeurs concernés. C’est un événement social précieux qui permet à chaque élève de se découvrir, se dépasser, percevoir ses qualités et compétences ainsi que celles de ses camarades et les siennes propres, rencontrer l’autre de manière plus approfondie, mais aussi une réelle opportunité pour ces jeunes adolescents de sortir de leur monde souvent agité, voire torturé de la puberté.

ERSGE_087En 12e classe, la pièce de théâtre est au groupe ce que le chef-d’oeuvre est à chaque élève: l’aboutissement du parcours scolaire. Cette expérience sociale majeure conduit chacun-e à se mettre au service du groupe et à tenter d’aller le plus loin possible dans ce qu’il est capable de réaliser avec les autres, ce qui suppose aussi de faire des concessions pour permettre au projet global d’exister. Comme pour le chef-d’oeuvre, c’est en 11e que le travail commence. Cette année-là en effet, les cours de français sont essentiellement consacrés au théâtre: on en voit, on en lit, on en parle, et on finit par choisir la pièce qu’on souhaite jouer. Cette première étape s’avère souvent difficile car il faut arriver à un consensus. La deuxième étape consiste à distribuer les rôles, les discussions autour de la question « qui verrais-je dans chaque rôle ? » devant déboucher sur un accord. Ensuite, le texte n’étant pas joué dans son intégralité, un travail de coupures est effectué par les adultes – professeurs et professionnels – qui accompagnent le projet. Puis il s’agit pour ces derniers de percevoir les envies des élèves, les messages qu’ils souhaitent faire passer, la façon dont ils s’approprient leurs personnages, afin de leur proposer des options de mise en scène. Car contrairement à la pièce de 8e classe, celle de 12e implique les élèves dans l’ensemble des tâches que nécessite une représentation de théâtre, soit en plus de la mise en scène: costumes, décors, régie son et lumière, communication, jusqu’au ravitaillement lors des répétitions. Pendant trois semaines, les jeunes sont complètement immergés dans le théâtre et ne pensent à rien d’autre, ce qui leur confère un statut un peu particulier dans l’école durant cette période. Jusqu’au bout, les limites de chacun-e sont mises à l’épreuve, et un des commentaires des élèves souvent entendu à l’issue de l’aventure le prouve: « c’est une expérience exigeante ». Mais qu’ils ne regrettent pas d’avoir vécue.

Saint-Martin ou Fête des lanternes

Novembre
ERSGE_097
La Saint-Martin ou Fête des lanternes se célèbre début novembre. Elle se déroule le soir et relate l’épisode du partage du manteau de Saint Martin avec un pauvre mendiant. La saynète est jouée par les élèves des classes 4 à 6. Cette fête symbolise le partage et le don, mais elle est aussi associée à la lumière qui se trouve dans les lanternes fabriquées par les enfants des jardins d’enfants et des classes 1 à 3. Leur lanterne à la main, ils s’avancent dans la nuit en un long cortège lumineux et chantant, nous invitant à développer la lumière à l’intérieur de notre être tandis qu’elle décline à l’extérieur.

Spirale de l’Avent

Décembre
Elle est la fête qui marque précisément l’entrée dans le temps de l’Avent dans les jardins d’enfants et les classes 1 à 3. Une spirale de verdure est matérialisée sur le sol, décorée de pierres précieuses et de beaux coquillages ; en son centre se trouve une grande bougie. Parcourant la spirale, les enfants, un à un, vont y allumer leur propre bougie. Ils la déposent le long de ce chemin qui s’illumine au fur et à mesure. Musique et chants contribuent à créer une ambiance douce et recueillie. Ce jardin de l’Avent, représente, en petit, la spirale de l’année qui s’enroule depuis la Saint-Jean, jour le plus long, jusqu’à Noël, nuit la plus longue, pour se dérouler à nouveau. Ce moment évoque aussi la quête d’une lumière plus grande qu’on trouve à l’intérieur de soi. C’est également le symbole du mystère de la vie: naître et vivre sur la terre, entouré des règnes minéral, végétal, animal et humain, pour la quitter en ayant laissé sa lumière individuelle, ainsi que la trace de ses actes au bord du chemin.

Poésie

Décembre

La poésie vit dans notre école dès le jardin d’enfants, sous forme de jeux de doigts, de petites poésies rythmiques poétiques ou humoristiques. Elle prend beaucoup d’importance dans l’enseignement dès la 1re classe. Tout au long de leurs années d’école, les enfants apprennent de nombreux poèmes qu’ils récitent d’abord en choeur, puis en s’individualisant peu à peu.
A partir de la 10e classe, les cours de français deviennent vraiment des cours de littérature et la poésie y occupe un large espace. Elle est abordée par plusieurs biais.
La poésie s’étudie, c’est un cours qui entre dans le cadre de l’étude de l’histoire de l’art.
La poésie se lit. Chaque élève réalise une petite anthologie poétique avec ses choix personnels, mise en page de manière créative et artistique.
La poésie s’écrit. Les élèves s’exercent à l’art de l’écriture poétique. Au même titre qu’un atelier de modelage ou d’art plastique, les mots sont à travailler: sculpter, enlever, rajouter, trouver le rythme, la couleur, la forme. Tous les poèmes composés sont rassemblés dans un recueil collectif.
Enfin, la poésie se dit. En clôture des semaines de poétique, les élèves de la 10e classe présentent en public les poèmes qu’ils ont choisi d’apprendre ainsi que certains de leurs textes personnels.

Chefs-d’oeuvre

Mars ou avril

Le chef-d’oeuvre en 12e classe représente l’aboutissement du parcours pédagogique suivi par certains jeunes depuis le jardin d’enfants. Pendant un an, les élèves s’investissent sur un sujet librement choisi à travers une réflexion personnelle et une réalisation pratique, artistique ou sociale. Leur travail se termine par des présentations publiques qui ont lieu sur une ou deux journées. Chaque élève présente son chef-d’oeuvre pendant 20 minutes suivies de 10 minutes de questions. La journée est rythmée par des pauses au cours desquelles le public est invité à visiter l’exposition des chefs-d’oeuvre. Buffets et boissons sont également proposés.

Soirée folklorique

Avril
ERSGE_095
Cette soirée est la clôture d’un stage de musique et danses folkloriques avec la 7e classe. Chaque année, un pays différent est choisi. Pendant une semaine, les cours habituels sont remplacés par des répétitions dans les trois domaines d’expression que sont la musique instrumentale, les chants et la danse. Quant aux élèves, il s’agit d’exercer de nombreuses facultés telles que la volonté, l’ouverture d’esprit, la tolérance, en plus des capacités inhérentes aux arts scéniques. Il faudra certainement vaincre des résistances et des a priori, pour découvrir à travers les costumes, les figures de danse et l’élan propre à la musique d’Europe centrale une toute nouvelle identité de jeune fille et de jeune homme.

Saint-Jean

Juin
ERSGE_100
La Saint-Jean clôt l’année scolaire en fêtant cet événement tout particulier : « le jour où le soleil est au plus haut de sa course ». Nous n’y prêtons pas toujours attention tant notre rythme quotidien nous entraîne vers des horizons éloignés de ces préoccupations. Et pourtant, tout dans la nature nous montre la force et la puissance de cet astre lumineux qui brille à longueur d’année, même si parfois il est caché par des nuages. Quand en hiver la nuit nous entoure, nous célébrons la lumière intérieure, la flamme que chaque être humain porte en lui. Lorsque l’été revient, la lumière et la chaleur du monde qui nous entourent nous tirent hors de nous. Les arbres et les fleurs s’étoffent de jour en jour. Tout reverdit. L’air se réchauffe, les oiseaux font leur nid, l’eau coule en abondance dans les fleuves et les ruisseaux.
En présentant le jeu de la Saint-Jean, les élèves des classes 4, 5 et 6 nous rapprochent de ces forces qui sont présentes dans la nature mais que nos yeux ne voient pas.

AUTRES TEMPS FORTS 

Marché de Noël

ERSGE_094Chaque année, fin novembre, l’ensemble des parents de l’école organise un Marché de Noël avec des ateliers d’artisanat pour les enfants, de la musique, des friandises maison, un restaurant et des artisans qui portent des valeurs écologiques. Il y a des activités pour les petits ainsi que pour les grands. C’est la fête la plus importante de l’année de par son ampleur et de par l’investissement des parents dans son organisation.
Visitez notre Marché de Noël, nous vous garantissons qu’il deviendra une tradition familiale!
Si vous êtes un artisan et que vous souhaitez réserver un stand au prochain Marché de Noël, contactez le groupe d’organisation du Marché: marche-de-noel@ersge.ch

Fête de printemps

Chaque année, au mois de mai, les parents des classes 1 à 3 organisent la Fête de printemps qui débute avec la danse autour du mât de mai présentée par les élèves de la 4e classe, accompagnés en musique par ceux de la 5e.
Au menu de la journée, ateliers créatifs (couronne de fleurs, jardinage, cirque…), animations et jeux (Kapla, pêche miraculeuse…), brocante, stands divers et marché bio du terroir. Une petite restauration est également proposée.
Ces deux temps forts sont aussi l’occasion pour les visiteurs de découvrir la pédagogie de notre école: rencontre avec les enseignants, présentation des travaux d’élèves, librairie.

TOP
Non classé

Biographies

JARDINS D’ENFANTS

Miriam Zbryski
Myriam Zbryski
Née à Lausanne d’une mère suisse allemande et d’un père hollandais, mariée à un américain, Miriam Zbryski a été élève de l’école Steiner de Lausanne de la 1re à la 11e classe, puis a terminé son parcours à l’école Steiner de Fribourg en Allemagne. Elle a ensuite partagé son temps entre la Suisse et les Etats-Unis, où elle s’est formée à la pédagogie Steiner et à son volet curatif, ce qui lui a permis de travailler en tant qu’éducatrice spécialisée auprès d’enfants, de jeunes et d’adultes en situation de handicap dans des communautés Camphill de ces deux pays. Maîtresse de classe de 2011 à 2017, elle a choisi de devenir jardinière d’enfants en 2017.

Meggy Andreatta

Meggy Andreatta garde un souvenir doux et agréable de son enfance chaleureuse passée à la campagne au Brésil. Née là-bas d’une mère brésilienne, éducatrice spécialisée, et d’un père suisse allemand, ingénieur, Meggy est arrivée en Suisse en 2004, avec son mari et son premier enfant.
Enchantée par l’Anthroposophie depuis 2002, sa rencontre concrète avec cette philosophie s’est présentée lorsqu’elle a décidé de s’engager, avec un groupe de parents au Brésil, pour fonder une école Steiner à Campinas. Cette école a commencé timidement en 2002 avec un petit groupe de jardins d’enfants. Elle a bien grandi puisqu’elle propose son enseignement jusqu’aux classes secondaires.
Meggy a comme formation universitaire l’Administration d’entreprises, qu’elle a exercé jusqu’au moment où elle est devenue maman; son choix fut alors de focaliser son activité sur son rôle de maman.
Certes mère mais gardant la curiosité propre aux enfants, elle s’engage dans une formation pédagogique Steiner, qu’elle débute à São Paulo et termine, plusieurs années plus tard, à Genève.
Heureuse d’avoir travaillé dans notre école depuis son arrivé en Suisse, d’abord en tant que mère bénévole, puis stagiaire et aide-jardinière, elle se voit confiée la responsabilité d’un groupe de jardin d’enfants à partir de 2015. Elle y est toujours en poste, à la fois enthousiaste et reconnaissante d’y œuvrer pour les plus jeunes.

d’autres jardinières:
Erica Thébault
Daniela Liuzzi
Christelle Micol
Lindsey Crossland

CLASSES 1 à 6 – professeurs de classe

Jaime Acevedo, 1ère classe

Marianne Clement, 2ème classe

Marianne Clément a grandi dans le Haut Jura. Elle suit des études à Lyon et devient ingénieure dans une entreprise de production d’aiguilles chirurgicales à Grenoble où elle travaille durant sept ans. Cherchant à mettre en adéquation son métier et ses valeurs profondes, elle se dirige ensuite vers une formation à l’enseignement primaire pour devenir professeure des écoles titulaire dans l’enseignement public près de Grenoble, pendant sept ans également. Travailler dans l’enseignement public perdant son sens, elle intègre l’école Steiner à la ferme de Chambéry, et se forme à la pédagogie à l’Institut Didascali de Sorgues, tout en enseignant. Elle se passionne pour cette pédagogie et rejoint l’école de Genève avec ses deux filles à la rentrée 2019.

Lucie Gautier, 3ème classe
Lucie Gautier a effectué toute sa scolarité à l’école Rudolf Steiner de Genève, depuis le jardin d’enfants jusqu’à la 12e classe où elle a consacré son chef-d’oeuvre au thème des histoires, associé à la réalisation d’un court-métrage. Elle a d’abord suivi une formation de pédagogie dans la nature avant d’entreprendre la formation à la pédagogie Steiner qui lui a permis de prendre la 1re classe en 2013.

Camila Cordier, 4ème classe
Apres avoir été élève à l’école Steiner de Genève du Jardin d’enfants à la 8e classe, Camila Cordier a poursuivi ses études scientifique en France. Elle a obtenu un Master en Ecologie Microbienne à Montpellier en 2010. Elle s’est ensuite tournée vers l’enseignement en se formant à la pédagogie Steiner à l’institut Didascali à Avignon. Apres 4 années passées à l’école Steiner d’Avignon en tant que professeur de classe et de chorale dans les moyennes classes (6e, 7e et 8e), Camila rejoint notre école en 2017 en prenant la maîtrise de la 1ère classe ainsi que quelques heures de chorale avec les grands élèves.

Katia Maechler, 5ème  classe

Mme Maechler a baigné dès son enfance dans la pédagogie Waldorf puisque sa maman, liée à l’anthroposophie, fit partie du groupe à l’origine de la création de l’école Steiner de Colmar. A l’âge de 13 ans elle part en Allemagne afin d’intégrer une école Steiner à Francfort.
A 17 ans elle fut sollicitée par ses professeurs pour donner des cours de soutien. C’est à cette occasion qu’elle lut ses premières conférences de Rudolf Steiner sur la pédagogie. Elle rejoignit au même moment un groupe de jeunes étudiants universitaires en sciences physiques, qui avaient constitué un groupe de réflexion et d’échanges sur une des œuvres majeures de R. Steiner: «La philosophie de la liberté».
Ce qui depuis lors anime Katia Maechler est la question suivante : “comment relier la notion de liberté, telle que R Steiner l’a développée, à la pédagogie? Et comment ainsi trouver l’approche juste, celle qui permettra à l’enfant de s’enflammer lui-même au contact de ce qu’est et apporte le pédagogue?”
Maman de cinq enfants, elle débute après quelques années une activité professionnelle plus “reconnue“, toujours dans le domaine de l’enfance. Elle exerce alors dans une classe à petit effectif, enseignant auprès d’enfants en difficulté scolaire ou comportementale, en lien avec l’Ecole Steiner de Verrières-le-Buisson (région parisienne). Puis elle est sollicitée pour être responsable d’un des jardins d’enfants de cette même école Steiner, deux très riches années dans son souvenir professionnel.
C’est en 2018 qu’elle rejoint notre école, pour accompagner sa classe sur son chemin.

Cécilia Vizcarra, 6ème   classe
Cécila Cordier
Née au Pérou, Cécilia Vizcarra est arrivée en Europe à 17 ans grâce au piano après avoir participé au concours Mozart organisé par l’ambassade d’Autriche. Après un bref passage à Vienne, elle s’est installée à Paris où elle a préparé la licence d’enseignement à l’Ecole normale supérieure de musique, et donné des cours de piano avant que les circonstances de la vie ne l’amènent à Genève. Parent de deux enfants dans notre école, elle a été amenée à accompagner musicalement les cours d’eurythmie, puis à suivre la formation à la pédagogie Steiner. Elle est maîtresse de classe dans notre école depuis 2003.

Pascal Donet, 6ème classe co-tuteur
prof_016Pascal Donet garde un souvenir émerveillé de son enfance à la campagne dans sa Bourgogne natale. Parti à la découverte de l’Europe après son baccalauréat, il a ensuite entamé des études d’infirmier en psychiatrie. Il a d’abord passé plusieurs années dans le sud de la France avant de devenir éducateur au village d’Aigues-Vertes dans le canton de Genève, où sont accueillies des personnes en situation  de handicap. C’est en 2001 qu’il a rejoint notre école à l’issue de sa formation au séminaire pédagogique de Suisse romande, et il se consacre depuis à l’enseignement au cycle primaire avec beaucoup d’enthousiasme.

PROFESSEURS DE BRANCHES, TUTEURS

Brigitte Bron, animatrice de la classe d’accueil

Genevoise d’origine, elle a suivi tout son cursus scolaire et professionnel à Genève. Elle a d’abord travaillé en crèche, puis dans un foyer de jeunes adultes IMC (Invalide Moteur Cérébral) avant de rejoindre une équipe d’animation secteur adolescent dans une Maison de Quartier Genevoise. Pour ses études sociales, elle a choisi l’option animation et elle travaille depuis 2000 comme animatrice auprès d’enfants dans diverses institutions.
En 2012, elle découvre l’école Steiner pour ses enfants et ne la quitte plus!
Depuis 2015, elle travaille au sein de l’école comme animatrice et s’est depuis lors formée à la pédagogie Waldorf auprès de la formation pédagogique anthroposophique de Suisse romande (FPAS).

Karin Dobers, allemand, musique et orchestre
Née en Allemagne, Karin Dobers baigne dans la musique dès son plus jeune âge grâce à ses frères et soeurs aînés qui jouent tous d’un instrument et qui les mettent à sa portée. A partir de l’âge de 5 ans, elle joue de la flûte en do, et cinq ans plus tard, elle commence le violon qui devient son instrument favori. A la fin de  sa scolarité, c’est à Hambourg qu’elle entreprend des études d’histoire et de sciences de la musique qui abordent celle-ci sous des aspects aussi variés que l’histoire de la musique, l’acoustique, la psychologie, la thérapie, la transcription de musique médiévale en écriture moderne, et l’analyse de morceaux dont Karin Dobers se sert encore quand elle doit créer des partitions pour ses élèves. Elle a suivi la formation pédagogique Waldorf avec option musique en Allemagne, mais c’est principalement dans notre école qu’elle enseigne depuis de nombreuses années l’allemand et la musique, cette dernière plus particulièrement dans les classes 4, 5 et 6.

Nikolai Höfer, allemand, jardinage, bois, bureau de direction
DSC_0071 (2)Issu d’une famille allemande liée depuis longtemps à la pédagogie Waldorf, Nikolai Höfer a suivi toute sa scolarité à la Freie Waldorfschule d’Überlingen, où il a étudié le russe. Après son service civil accompli en Biélorussie dans un foyer d’enfants handicapés, il a entrepris des études de slavistique et biologie à l’université Humboldt de Berlin. C’est dans ce cadre qu’il a travaillé une année dans une école Steiner à Yaroslavl en Russie. Il a rejoint notre école en 2006 et enseigne l’allemand dans les classes primaires, le jardinage et le bois dans le secondaire I. Depuis 2011, il est aussi organisateur et formateur des professeurs d’allemand au séminaire pédagogique Waldorf de Berlin (Deutsch-Woche). Il s’intéresse aussi au développement des cours de jardinage et de bois en langue étrangère (CLIL).

Eliane Küpfer, anglais
Née aux Etats-Unis, Eliane Küpfer a grandi à Genève où elle a effectué toute sa scolarité jusqu’à la Maturité. Elle a ensuite étudié l’art aux Etats-Unis et à Genève pendant trois ans, puis a poursuivi des études d’anglais, de linguistique et de sociologie à l’Université de Genève. Lors d’une année d’études en Angleterre, elle a également passé l’examen de l’Université de Cambridge pour l’enseignement de l’anglais. Plus tard, elle a suivi la formation Arthéa en arts thérapeutiques d’orientation anthroposophique, où elle a obtenu une accréditation pour l’enseignement de l’art. Elle est actuellement professeur d’anglais dans les classes primaires.

Kati Marchant, anglais
Kati Marchant, d’origine hongroise, a grandi en France avec une interruption de deux années aux Etats-Unis. Diplômée en Sciences Cosmétiques à l’Université de Pharmacie de Lyon (DESS en Pharmacie Industrielle, option Cosmétologie) et a l’Administration des Entreprises à l’Université d’Aix-en-Provence (DESS CAAE), elle travaille pendant 8 ans en Angleterre dans l’Industrie Cosmétique. Pendant ce temps, elle choisit de suivre une formation à l’enseignement de l’anglais en tant que langue étrangère, qui lui donne la possibilité de partir à Mussoorie, en Inde, pendant une année, où elle enseigne dans une communauté de réfugiés tibétains. A son retour, elle envisage de s’orienter vers l’éducation. Elle découvre la pédagogie Steiner à travers la formation pour enseignants, à Londres. En 2000, elle s’installe à Genève avec sa famille. Elle consacre les 17 prochaines années à l’éducation de ses 3 enfants. C’est en 2017, qu’elle rejoint l’école Steiner en tant qu’enseignante d’anglais.

Ivan Rocher, tuteur 9e classe, art et histoire de l’art
prof_017Originaire de la région parisienne, Ivan Rocher est diplômé de l’Ecole spéciale d’architecture (ESA) à Paris, études qu’il a complétées par une formation de charpentier, avant de s’engager dans l’enseignement. Après avoir suivi le séminaire pédagogique à Stuttgart, il a exercé dans des écoles Steiner en France et au Luxembourg. Professeur dans notre école depuis 2000, il a accompagné des classes primaires mais se consacre depuis 2010 aux classes secondaires I, ainsi qu’aux secondaires II pour l’histoire de l’art.

Elien Schramme, sciences, tutrice 9ème classe

Elien Schramme est née à Anvers, en Belgique. Elle y a effectué toute sa scolarité à l’école Steiner, où elle a également pratiqué le cirque. A 17 ans, son stage linguistique à l’école de Lausanne lui a permis d’améliorer son français et lui a procuré le goût du voyage. Elle a fait ses études de biologie à l’Université d’Anvers, une partie de son Master en Tasmanie, et dans le cadre de son mémoire elle a fait des recherches en Ethiopie, finalisées à Berlin. Après divers stages dans des écoles Steiner en France, Suisse et Belgique, Elien Schramme s’est formée à la pédagogie Steiner à l’Institut Didascali. C’est également à Avignon qu’elle a commencé à enseigner les sciences aux classes 6-11 et elle a accompagné deux voyages de 11e classe en Inde. Elle a rejoint l’équipe de Genève pour les cours de chimie, physique et mathématique en septembre 2017.

Anne Briol, français, sciences, tutrice 8ème classe

Anne Briol est née et a grandi à Genève. Dès son plus jeune âge, la nature et l’environnement la passionnent, c’est donc tout naturellement qu’elle a effectué des études de biologie conclues par un master de l’Université de Genève. Elle est éprise depuis toujours par le fait de transmettre des connaissances, par la sensibilisation à la nature et à la protection de l’environnement. Ainsi, elle s’est ainsi engagée durant plus dix ans comme animatrice nature bénévole au sein d’associations et a enseigné la biologie à de jeunes adultes à l’Ecole des métiers du laboratoire de Genève durant sept ans. Elle a également effectué des travaux de traduction et de rédaction dans le domaine de l’environnement durant de nombreuses années. Ses deux enfants devenus autonomes, elle a souhaité s’investir davantage dans l’enseignement et s’est formée à la pédagogie Waldorf en suivant la formation pédagogique anthroposophique de Suisse romande de 2015 à 2018. Elle exerce dans notre école depuis 2018.

Azzeddine Chouidiri, anglais & informatique
Originaire de Haute-Savoie, Azzeddine Chouidiri se destinait à l’informatique jusqu’à ce qu’un séjour linguistique aux Etats-Unis en décidât autrement. A son retour, il a entrepris des études à la faculté d’anglais de Chambéry et l’université du Texas, qui l’ont mené jusqu’à l’obtention d’un Master et à l’enseignement. Ayant également suivi une option de français langue étrangère, il a occupé pendant deux ans un poste de lecteur à la Texas Tech University. Professeur d’anglais dans notre école depuis 2010, il a terminé en 2019 la formation à la pédagogie Steiner.

Patricia Margot, éducation physique
Patricia MargotNée à Nyon, dans le canton de Vaud, où elle a commencé des études de commerce, Patricia Margot, joueuse de basket jusqu’en Ligue Nationale A (niveau le plus haut en Suisse), s’est plus tard rendu compte qu’elle voulait faire partager sa passion du sport aux jeunes. Elle a donc suivi des formations Jeunesse et Sports avec enthousiasme et succès. Depuis son arrivée à l’école en 2003, elle enseigne l’éducation physique avec, aujourd’hui, toujours autant de plaisir. Elle est mariée et a trois grands enfants qui partagent la même passion qu’elle du basket et du sport en général.

Catherine Mugnier, français
Catherine Mugnier
Savoyarde et fille d’une professeur de français, Catherine Mugnier n’envisageait pas cette profession dès le départ mais se destinait au journalisme. Après ses classes préparatoires aux Grandes Ecoles, elle est entrée en Ecole de Sciences Po(litiques où elle a finalement pris conscience de son attirance pour l’enseignement. Après une année au pair au Royaume-Uni, elle a donc obtenu à Chambéry, un double Master de Lettres Modernes et de Français Langue étrangère, puis le CAPES (Certificat d’aptitudes au professorat de l’enseignement du second degré). Elle a exercé pendant une vingtaine d’années dans l’éducation nationale française, dans des écoles secondaires I et II de différentes régions, comme professeure de Français et de théâtre. Elle a aussi exercé pendant 10 ans la fonction de formatrice en formation continue des enseignants de Français du Secondaire, puis en formation initiale des professeurs des écoles primaires;. Attirée par la pédagogie Steiner, elle est venue en stage à l’école Steiner de Genève pour « vérifier si la magnifique pédagogie décrite dans les livres de R. Steiner s’y applique réellement » : depuis, elle n’est plus repartie ! Elle a rejoint notre école en 2014 et, depuis, a suivi pendant deux années le séminaire d’anthroposophie donné en France par Michel Laloux : Le livre de la nature, Le livre de l’Homme, et Science de l’esprit.

Thomas Stähli, allemand
Thomas Stähli
Né à Bielefeld au nord-ouest de l’Allemagne d’un père bernois et d’une mère allemande, c’est à l’université de Genève que Thomas Stähli a suivi des études de français, allemand et latin et qu’il a ensuite travaillé au poste d’assistant à l’enseignement. Après un remplacement de six mois dans notre école en 2011, il décide de suivre la formation de l’Etat à l’IUFE (Institut universitaire de formation des enseignants). Professeur d’allemand dans notre école depuis 2012, il a terminé en 2015 la formation à la pédagogie Steiner.

Gaëlle Vandemeulebroecke, sciences
Gaëlle Vandemeulebroecke (un long nom bien flamand, que les élèves s’évertuent à bien prononcer… traduit en français par Gaëlle « Dumoulindumarais » pour les intimes) est née en Belgique, une fois.
Attirée depuis son enfance par la nature, elle choisit de faire une licence en biologie à l’université de Louvain-la-Neuve ; elle passe ensuite un DES (diplôme d’enseignement spécialisé) en sciences de l’environnement à l’université de Liège et termine par une agrégation en sciences lui permettant d’enseigner les sciences naturelles dans le cycle secondaire supérieur.
C’est en Tchéquie, où elle enseigne la chimie durant 6 années dans un gymnase, qu’elle a l’opportunité de suivre, en tchèque, la formation à la pédagogie Steiner, à Prague.
Après avoir enseigné 4 ans à l’école Steiner de Lausanne, elle va finalement élire domicile, avec toute la petite troupe, ses 3 enfants et son mari, à Genève où elle est heureuse d’enseigner dans notre école, la biologie, la chimie et les sciences et vie de la Terre aux supers élèves des grandes classes depuis 2014.

Muriel Necker, travaux manuels, tutrice 8ème

Emma Neves, français, sciences, tutrice 7ème classe

Nicos Caravellas, bois, reliure, tuteur 7ème classe

ADMINISTRATION

Jacqueline Tissot, secrétaire
Née à Genève, originaire du Grand-Saconnex, maman de 3 enfants ayant fréquenté l’école Steiner de Confignon.
Éducatrice de la petite enfance, couturière, maman au foyer, secrétaire, elle a souhaité faire la formation pédagogique anthroposophique de Suisse romande FPAS (2011-2015) pour être au plus proche de son engagement au sein de l’école. Elle est à l’accueil – secrétariat depuis 2004.

Florence Grimm, trésorière
Genevoise, pour financer sa maturité artistique, puis ses études d’Histoire de l’Art à l’université de Genève, elle a toujours fait des petits jobs d’administration et de comptabilité.
Peu à peu, elle s’est formée à ces métiers administratifs et c’est tout naturellement que cela est devenu son activité rémunératrice.
Elle exploite depuis 30 ans à Genève un bureau fiduciaire. La comptabilité lui a permis de rencontrer de nombreux domaines: la construction, la restauration, l’artisanat, les médecines alternatives.
Elle a rencontré l’Ecole Steiner en 2001 pour ses enfants, et est rentrée immédiatement au comité où elle est restée sept ans. Elle s’est formée à l’économie associative,
Elle assure la comptabilité de l’Ecole et de nombreuses tâches administratives et de gestion, partiellement bénévolement.
Elle est fondée de pouvoir de l’association.
Elle est également la trésorière de l’Association Arthea, formation en Arts thérapeutiques.

Bureau de direction:
Christelle Micol
Tessa Hayoz
Nikolai Höfer

Administrateur:
Thomas Maechler

Secrétaire RH:
Lucia Cozzolino

Intendant:
Frédéric Gardet

Chef-cuisinier:
Emmanuel Minazio

Assistante cuisinière:
Laurence Wicht

Président de l’association:
Jérôme Pochat